Ministère de l’Education nationale

Sceau de Republique Gabonaise

NOUVELLE SERIE TV MADE IN GABON

« Pango et Wally » la nouvelle shortcom gabonaise

L'Institut Gabonais de l'Image et du Son (IGIS) a présenté ce vendredi 15 juillet 2011 au Centre Culturel Français (CCF). de Libreville, sa dernière production, intitulée « Pango et Wally »,

Cette série est programme court du genre humoristique ou shortcom (de la contraction de short et du terme anglophone comedy). Il est d'origine gabonaise et constituée d'épisodes de 5 minutes chacun.

La trame de l'histoire s'articule autour des pérégrinations de la vie quotidiennes d'un couple africain contemporain, d'origine gabonaise, sur le ton de la comédie.

Les 2 personnages principaux sont Wally, pétulante cadre trentenaire, et Pango, dynamique cadre quadragénaire qui est son époux.

Le couple est très amoureux mais chipote sur tout et rien, déroule au fil des épisodes des sentiments et des opinions sur des faits quotidiens de la vie. Cela donne lieu à d'âpres discussions qui autorisent des dialogues captivants, truffés de piques entre Madame à la répartie alerte, et Monsieur enclin à invoquer les traditions.

Les acteurs Médard Mouélé et Erika Nsiamalembé ne sont pas professionnels du 7ème art mais ils entrent dans la peau des personnages qu'ils incarnent en se montrent percutants, intelligents et généreux. La preuve de leur talent s'il en est.

A travers cette série, « c'est une Afrique moderne à plusieurs facettes.que l'on découvre mais qui ne perd pas ses repères, et qui sait d'où elle vient ». selon Alain Didier Oyoué, l'un des co-réalisateurs.

« Il est ainsi intéressant de montrer des personnages qui projettent une certaine image de réussite sociale et abordent des sujets avec beaucoup de franc-parler, d'énergie ». rajoute-t-il plus tard lors de la conférence de presse.

Cinq réalisateurs ont travaillé à cette idée originale d'Imunga Ivanga, directeur de l'IGIS. Alain Didier Oyoué, François Onana, Thierry Manianga, Fernand Lepoko et Olivier Dissouva.

Cette fiction a nécessité près d'une année de travail incluant l'écriture, le casting, le repérage, la décoration, la réalisation et la postproduction.

Son tournage a mobilisé un staff de quarante personnes et necessité selon selon l'agence de presse en ligne Gabonews, un budget estimé à 70 millions de FCFA

Au sortir du premier épisode on aime cette sensation de professionnalisme , de respect des normes cinématographiques et de cette Afrique résolument moderne qui gagne.

A travers cette oeuvre, l'IGIS nous offre une histoire universelle et africaine à la fois, intelligente et forte dans un écrin original, hors des sentiers battus d'un cinéma africain, trop souvent singulier et misérabiliste.

Publié le : 18 / 01 / 2012